J’ai le droit de vivre

« Aujourd’hui, il serait plus facile de dire que je ne m’en souviens qu’à peine, à travers le brouillard de ma mémoire qui s’épaissit avec les années, mais il n’en est rien. Je revois tout, je revis tout, à en chialer ; surtout les détails insignifiants du contexte, des insultes, des gestes et paroles, les terribles regards assassins de mon père. Les tentatives pour m’ôter de sa vue…


J’ai le droit de vivre | indiecorp | 4.5